AccueilActualitésFAQRechercherS'enregistrerConnexion


https://lh3.googleusercontent.com/-Y8QwLQQ_mTc/Tm9iMqQ10wI/AAAAAAAAEk4/oOsk8iNy2Rs/s912/buck%252520vole%2525202.jpg



Partagez | 
 

 Les corvidés . corneilles de nouvelles Calédonie

Aller en bas 
AuteurMessage
Apo
Kipik
avatar


MessageSujet: Les corvidés . corneilles de nouvelles Calédonie    13/1/2010, 16:12

Les corvidés sont des animaux intelligents

Il semblerait que, après tout, se faire entendre dire que l'on a une cervelle d'oiseau est loin d'être la pire des insultes. Du moins, si l'on se réfère aux corbeaux. Une équipe de chercheurs d'Oxford (Royaume-Uni) a publié, mercredi 5 août, une étude dans la revue scientifique en ligne PLoS One, qui tend à démontrer que les corbeaux sont des animaux dotés d'une forme d'intelligence analytique et déductive.

L'étude a été menée sur des corbeaux de Nouvelle-Calédonie qui, à l'état sauvage, sont déjà capables d'utiliser des outils dans le but d'atteindre de la nourriture. Une expérience menée en 2002 avait déjà montré qu'un corbeau, en captivité, était capable d'inventer spontanément des outils en fonction du besoin, encore une fois dans le but direct de se nourrir.

En revanche, utiliser des outils dans un but qui ne soit pas directement celui de se nourrir est réputé être l'apanage d'une intelligence humaine, et pourrait avoir été une étape clé dans l'évolution de l'homme. L'utilisation d'outils en séquence – prendre un outil pour utiliser un autre outil – a déjà été observée chez beaucoup de primates et chez des corbeaux néo-calédoniens, d'après des recherches menées en Nouvelle-Zélande.

Une équipe d'Oxford a, à son tour, mené une nouvelle étude sur sept corbeaux néo-calédoniens. Les animaux, en captivité, ont été testés sur des séries de tâches exigeant l'utilisation de trois outils dans une séquence pour atteindre de la nourriture. Les oiseaux devaient utiliser un petit outil, le glisser dans un outil plus grand pour ainsi pouvoir attraper un troisième outil encore plus grand et enfin atteindre un morceau de nourriture, inatteignable sinon.

Cinq corbeaux ont réussi, dont quatre du premier coup, sans aucun entraînement préalable. Et une analyse précise du comportement des oiseaux prouve qu'ils n'ont pas agi au hasard. Lorsqu'un oiseau reposait un outil pour en prendre un autre, il choisissait toujours un outil plus grand que le précédent.

Cette étude démontre donc une compétence jamais observée chez des oiseaux, mais met également l'accent sur l'importance d'une approche prudente dans la comparaison des compétences cognitives. Un comportement intelligent peut être décelé sans qu'il y ait forcément des facultés mentales très élevées.

. Le monde.fr.
______________________________________


Des corneilles filmées en train d’utiliser des outils


Par Jean-Luc Goudet, Futura-Sciences

En fixant de minuscules caméras sur des corvidés sauvages, des chercheurs ont pu surprendre ces oiseaux en pleine fabrication de petits outils puis les observer en train de s’en servir pour récupérer des larves d’insectes.

On savait déjà que les corvidés (une grande famille comprenant corbeaux, corneilles, pies, geais, choucas…) fabriquent volontiers des outils. De nombreuses études ont été réalisées en laboratoire. Ces oiseaux sont capables d’utiliser une brindille ou une tige de fer pour attraper un objet inaccessible qui les intéresse. Certains ont même eu l’idée de tordre un fil de fer pour en faire un crochet.

Mais les observations dans la nature restent très rares. Au Japon, des corneilles ont été vues déposer des noix sur la route puis attendre que des voitures les écrasent afin de récupérer les graines !
Parmi les champions du genre figurent les corneilles de Nouvelle-Calédonie, qui savent bricoler une étonnante palette d’outils pour différents usage à l’aide d’herbes, de feuilles et de brindilles.

Pour étudier ces pratiques de plus près, une équipe britannique du département de zoologie de l’université d’Oxford a transformé les oiseaux eux-mêmes en cinéastes. Christian Rutz et ses collègues ont d’abord conçu une caméra miniature, de 4,5 x 2 x 1,3 centimètres. Son poids n’est que de 14,5 grammes, batterie et émetteur radio compris. Les chercheurs ont suivi les normes que les naturalistes s’imposent désormais pour le poids d’un engin fixé sur un animal.
La règle est de ne pas dépasser 3 % du poids de l’animal. Leur équipement était un peu trop lourd (équivalent à moins de 5 % du poids de l’oiseau) mais la fixation était conçue pour résister moins de trois jours, l’appareil étant ensuite perdu.

Des engins de ce genre ont été fixés sur l’arrière-train de douze corneilles de Nouvelle-Calédonie. La caméra filmait vers l’avant de l’animal, entre les pattes. Elles pouvaient émettre durant 70 minutes. En tout, 7,5 heures de vidéo ont été recueillies par radio.

Ce documentaire unique en son genre est passionnant en soi. Plusieurs extraits sont disponibles sur le site de l’équipe. On y voit la dégustation d’escargots, la chasse aux petits lézards et la longue quête de nourriture au sol. Il réunit également plusieurs observations inédites.

L’utilisation d’outils a clairement été visualisée. Entre autres engins de cueillette, les corneilles de Nouvelle Calédonie se confectionnent des pics pointus pour déloger des larves de cérambycidés (des insectes coléoptères aussi appelés capricornes ou longicornes) qui se cachent dans les interstices du bancoulier (ou noyer des
Moluques). L’un des oiseaux s’est déplacé de plus de cent mètres pour aller de l’endroit où se trouvait l’outil jusqu’au bancoulier convoité, ce qui fait dire aux auteurs que les corneilles doivent se souvenir de l’endroit où se trouvent de bons outils qu’elles ont déjà utilisés.

Les oiseaux ainsi filmés ne récoltaient, quand ils picoraient le sol, qu’une moyenne de huit aliments par heure, ce qui paraît faible par rapport aux performances mesurées ailleurs. Mais les scientifiques ignorent quel est le rendement habituel des oiseaux de cette région. En revanche, ils ont pu comparer le taux de réussite lorsque la corneille fouille le sol avec son bec et lorsqu’elle traque la larve de capricorne. La chasse apparaît considérablement plus efficace que la cueillette au sol. Les auteurs en concluent que les larves d’insectes constituent la nourriture principale de ces corneilles, ce qui a contribué à sélectionner au fil des générations la pratique de la fabrication d’outils.

Au-delà de ces fructueuses observations, l’équipe explique avoir démontré la faisabilité et l’intérêt de ce nouveau moyen d’étudier les oiseaux. De telles caméras pourraient sûrement être employées avec profit sur des animaux trop farouches ou vivant dans des environnements inaccessibles.

Futura

_________________
.7 Milliards de perpendiculaires et 264 espèces de singes.
Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent


Dernière édition par Apo le 30/12/2010, 17:05, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://perpendiculaire.forumactif.com
Apo
Kipik
avatar


MessageSujet: Des corbeaux filmés en train d'utiliser des outils "l'intelligence des corvidés"   18/1/2010, 18:17


  • Une nouvelle étude vidéo révèle la vie professionnelle du corbeau calédonien en pleine nature. On y voit comment il utilise ses outils avec efficacité mais aussi, peut-être, comment sa progéniture apprend à son tour à les utiliser.


  • Pour la première fois, l’enregistrement vidéo s’est fait en pleine nature, dans un véritable contexte écologique et non en laboratoire ou sur des zones où les individus étaient appâtés. 1.800 heures de prises de vues consacrent une star : Corvus moneduloides, le Corbeau calédonien appelé aussi Corbeau de Nouvelle-Calédonie. Comme ses cousins corvidés, cet oiseau est d’une grande intelligence, intelligence qui se traduit par l’utilisation d’outils triés sur le volet.


L’équipe de l’Université d’Oxford, à savoir Lucas Bluff, Christian Rutz, Alex Weir et Alex Kacelnik ainsi que Jolyon Troscianko de l’Université de Birmingham, n’en est pas à son coup d’essai.


  • Elle avait déjà étudié cette espèce en 2007 avec des caméras, embarquées celles-là. Il était donc connu que le corbeau calédonien utilisait des outils pour toutes sortes d’activités, dont la succulente pêche aux larves dodues de capricornes (Agrianome fairmairei) dans les troncs morts de bancouliers (Aleurites moluccana).

Cette fois, des caméras sensibles aux mouvement ont été placées en des lieux repérés pour être attractifs pour les corbeaux calédoniens (comprendre : grouillants de larves).


  • Les heures d'enregistrements ont alors montré ces corbeaux pêcher les larves à l’aide d’outils dans leur environnement naturel. Ils ont aussi permis de déterminer l’efficacité du recours à un outil par rapport au simple usage du bec pour obtenir des proies. La réponse est nette. Les corbeaux capturent significativement plus de larves à la pêche qu’en utilisant juste leur bec.